Pages

Mon portrait de chercheur (en vidéo)

J'ai récemment été interviewé par l'équipe chargée du programme I-DEA (Illustration et documentation audiovisuelles des études aréales) de l'Inalco. L'occasion de revenir en une vingtaine de minutes sur mon parcours et de décrire l'état actuel de mes recherches...

10 commentaires:

  1. Bonjour Christophe, vous avez oublié votre date de naissance et votre enfance pour illustrer votre parcours. Vos recherches ouvrent l'esprit sur des réalités controversées et difficiles à vivre tout en laissant l'avenir ouvert à plus d'humanité. Je vous en remercie. Paul

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne les ai pas oubliées : on ne me les a simplement pas demandées. ;-)
      Cela dit, ce n'est nullement secret : j'aurai très bientôt 59 ans, et de mon enfance, il n'y a franchement pas grand chose à dire (en tout cas du point de vue du sujet de la vidéo).

      Supprimer
  2. Voilà une biographie intellectuelle passionnante. La base de données est évidemment une leçon académique. Ce serait intéressant d'en dévoiler les dessous (quels outils IT sont nécessaires pour l'élaborer ?). Merci beaucoup pour ce partage (et évidemment pour la Hutte des classes).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous parlez de ma base sur les conflits australiens, ou du projet de base sur les mythes ? Ce n'est pas du tout le même ordre d'idées ni en termes d'ampleur, ni en termes de complexité.

      Supprimer
  3. Hello Christophe !
    Quel est le problème avec la base de Yuri Berezkin ? Trop incomplète ou trop entachée d'erreurs ?
    (Gwenn speaking)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Gwenn
      Il faudrait poser la question à Jean-Loïc ou à Julien, bien plus compétents que moi sur ce point, mais de ce que j'ai compris, outre une interface datant d'un autre temps, d'une part elle est exclusivement en russe, d'autre part elle ne comporte pas les textes originaux permettant de vérifier la qualité des codages en mythèmes.

      Supprimer
  4. Et bien en fait vous êtes polémologue des sociétés aborigènes! C'est plus joli que anthropologue de salon! :)

    RépondreSupprimer
  5. Lecteur curieux, je suis régulièrement votre blog et aussi vos interventions vidéo, qui sont toujours plaisantes pour les non-spécialistes du fait de votre expression claire et sans jargon.
    Je profite de ce billet pour évoquer mon étonnement quant à la méconnaissance dans notre pays de l'anthropologue Napoleon Chagnon, dont le livre The Fierce People sur les Yanomami, best-seller aux Etats-unis, n'est même pas traduit en français, alors qu'un livre qui accuse le chercheur des pires turpitudes, dont il a été paraît-il blanchi, est lui traduit chez Grasset.
    Il me semble que cette polémique, digne d'un film hollywoodien, devrait vous intéresser puisque vous voulez étendre vos recherches sur les violences au-delà de l'Australie.
    Cordialement
    Dans votre blog, on ne trouve qu'un seul article le concernant. Dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous faites bien de me faire remarquer cette absence de traduction du livre emblématique de Chagnon : je ne m'en étais jamais rendu compte. Peut-être est-ce en partie dû à ses prises de positions en faveur de la sociobiologie ? Il faudrait demander à des collègues amazonistes, qui en sauraient davantage que moi. Toujours est-il que si je compte bien utiliser les dnnées de Chagnon, et que je serai amené à critiquer ses raisonnements dans le bouquin que je prépare (mais ce n'est pas pour tout de suite !)

      Supprimer